Vocation de prêtre au clergé diocésain … et comment y arriver!

Tout d’abord, je me confesse. Au début de mon discernement vocationnel, je me voyais plutôt comme membre d’une communauté religieuse. En faisant le bilan de mes capacités et de mes dispositions tout à fait humaines, je ne pouvais pas m’imaginer dans un rôle de pasteur d’une paroisse. Alors, comment arriver à l’état diocésain?

Les dispositions humaines? Il faut en tenir compte. C’est fondamental à notre foi chrétienne que nous ne sommes pas des esprits angéliques. Toutefois, l’Évangile et surtout la rencontre avec le Christ Jésus purifient et clarifient nos dispositions et nos habitudes. Une question s’impose : suis-je à mon service en choisissant cette voie ou au service du peuple de Dieu tel que révélé par la volonté de Dieu? Dans tout discernement, c’est la recherche en vérité de la volonté de Dieu qui est l’élément essentiel. Rappelons-nous que l’Esprit Saint est l’acteur principal de tout processus de discernement.

La vie spirituelle englobe plus qu’un appel à une vocation particulière. La fidélité à notre première vocation – celle du baptisé – et l’appel à la sainteté qui en découle sont le fondement de la vie chrétienne quel que soit notre état de vie. La sainteté se cultive par les moyens « ordinaires » : prière quotidienne, attention à la présence de Dieu par l’entremise des personnes et des circonstances de sa vie, lectures spirituelles, retraites spirituelles, connaissance de la vie des saintes et des saints, ainsi que la fréquentation des sacrements surtout de l’eucharistie.

En plus de cet intervenant principal, dans la tradition catholique, nous valorisons la présence d’une personne avisée qui peut nous accompagner et nous aider à percevoir l’action de l’Esprit dans notre vie spirituelle. Quant au choix d’un/e accompagnateur/trice, autrefois nommé « directeur spirituel », les temps ont évolué. Rares sont les moines et les moniales qui accompagnent les personnes en quête spirituelle. Presque aussi rares sont les prêtres de paroisse qui trouvent le temps pour offrir ce ministère. Osons leur demander quand même! C’est en offrant ce précieux service qu’ils assurent la relève ainsi que la sainteté du peuple de Dieu. N’oublions pas la richesse des hommes et des femmes bien formés présents dans l’Église d’aujourd’hui qui peuvent accompagner leurs frères et sœurs qui cherchent la volonté de Dieu. Toutefois, évitons les « autodidactes » de la vie spirituelle qui se voient en maîtres. Ils peuvent nous induire dans l’erreur!

Voilà un cheminement peut-être déjà trop compliqué bien que nécessaire pour arriver au clergé diocésain. Par rapport à cet appel précis, je présente quelques points de repères : engagement ministériel dans sa paroisse, échanges avec un prêtre diocésain sur sa vie – les pour et les contre, contact avec le directeur diocésain des vocations, fréquentation des groupes et des activités où se trouvent les hommes qui font le même discernement.

et prendre le temps parce que c’est dans la plénitude du temps que l’Esprit fait son œuvre en nous et que Dieu fait connaître sa volonté. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *