Vie religieuse
Témoignage d’une jeune religieuse

Témoignage d’une jeune religieuse

Comme pour la plupart des gens, le début de l’université fut pour moi une période de découvertes, d’autonomie, de liberté, de multiples amitiés et de nombreuses aventures. Depuis toujours, j’avais soif de vivre quelque chose de profond et de significatif. Enfant, je rêvais de « changer le monde! » Pourtant, ma foi était encore dormante. Ayant grandi dans une famille croyante, je ne m’étais jamais arrêté pour y penser. Adolescente, je préférais rester à la maison lire ou jouer des jeux vidéo plutôt qu’aller à l’église, même si je me disais ouvertement croyante. Pourtant, aujourd’hui, quand je relis ma vie, les traits de ma vocation sont évidents. Le jour où j’ai annoncé à mes amis que j’entrais en communauté religieuse, on m’a répondu : « Oui, on s’y attendait, on a déjà eu une conversation à ce sujet au secondaire d’ailleurs! » Surprise! Au secondaire? Je n’y songeais même pas!  Et moi qui craignais qu’on me dise : « Mais voyons Mona! C’est évident que tu n’as rien d’une sœur! »

Pourquoi?

On me questionne souvent sur mon choix de vie religieuse. Au début, j’avais tendance à raconter tout le cheminement, les activités auxquelles j’avais participé, les voyages humanitaires, les groupes, les emplois liés à la pastorale qui m’avaient formée. L’histoire était longue et je perdais l’attention de mes interlocuteurs avant d’arriver à l’essentiel.

L’essentiel, c’est Jésus. À travers les différentes facettes de ma vie, j’ai découvert son visage, et de plus en plus s’éveillait en moi le désir de demeurer et de contempler ce visage. Je cultivais l’espoir secret que, peut-être un jour, quelques-uns des traits de mon propre visage se configureraient au sien. Je pourrais être ainsi une réflexion authentique du Christ pour le monde.

Discerner : Fixer mon regard…

Le discernement pour moi fut tout simplement de fixer mon regard sur Lui et de voir où cela me conduirait. Où est-ce que son visage me semblait le plus rayonnant, lumineux, présent? Où est-ce que je me sentais moi-même devenir lumière? J’appelais ces moments : l’effet filme! C’était des moments simples où une joie douce et subtile s’éveillait en moi. Je me sentais comme si tout ralentissait, style « slow-motion » ; comme si tout ce qui comptait soudainement était la tâche présente, les personnes autour de moi,  Dieu qui m’invitait à vivre le moment présent dans le don total de moi-même.

Grandir dans la conscience d’un Dieu présent…

C’est en étant de plus en plus attentive à la présence de Dieu au quotidien que j’ai pu prendre paisiblement une décision qui englobait l’engagement de toute ma vie. Plus je parvenais à reconnaître Dieu dans les petites choses, plus la peur d’avancer devenait éphémère. Elle demeurait, certes, mais plutôt comme le bourdonnement agaçant d’une mouche inoffensive et non comme un obstacle capable de m’empêcher d’avancer. À mesure que je grandissais dans ma relation personnelle avec le Christ, je découvrais un amour unique et saisissant, qui fut un jour appelé à dépasser l’émotion et à se transformer en une profonde conviction, comme enraciné dans les entrailles même de mon existence. C’est en faisant l’expérience de la fidélité de Dieu que j’ai pu faire confiance tout en désirant lui offrir ma propre fidélité.

Choisir de faire confiance

Embrasser la vie religieuse aujourd’hui demande audace et persévérance, mais plus que tout de la confiance.

Si la vie religieuse n’est pas enracinée dans la confiance, confiance en la communauté, en Dieu et en soi, elle frappe un mur. La confiance est aujourd’hui si fragile, et pourtant si désirée. Comme religieux, dans la confiance, nous confions notre vie à Dieu. Dans le quotidien, nous confions notre vie aux membres de notre communauté. Et dans la paix du cœur, nous devons faire confiance en notre propre intuition, déposée dans les profondeurs de notre être par l’Amour, qui nous chuchote; « Hé, toi…ne crains pas, plonge, avance vers la Vie…c’est moi, le chemin, la vérité et la vie… »

Être jeune et religieux, c’est encore une voie pleine de sens aujourd’hui

J’ai 26 ans. Je suis religieuse. Je suis heureuse. J’ai la chance de travailler dans un milieu qui me passionne, avec d’autres jeunes qui cherchent à approfondir leur foi. J’ai aussi reçu  le cadeau de trouver une congrégation qui me ressemble dans mes plus profondes aspirations, la simplicité et la joie. Je demande à Dieu de me garder dans la fidélité aussi longtemps qu’il le désirera. J’aspire d’être lumière : un témoignage vivant de Celui qui aime, qui a aimé, qui aimera. Je ne suis qu’au début de ma vie, mais je trouve que c’est pas mal bien parti! Je rends grâce à Dieu de m’avoir donné le courage de dire : « Oui! » Peu importe quel est le « oui » peut-être dormant dans vos cœurs, je vous le souhaite aussi!

Partager cet article

Articles connexes

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publié. Tous les champs identifiés par un astérisque * sont obligatoires