Vie monastique
Prie et travaille

Prie et travaille

Alors que nous considérons surtout le travail dans sa dimension économique, saint Benoît l’envisage d’abord d’un point de vue spirituel. Il l’estime nécessaire à la vie du moine, car, écrit-il, «l’oisiveté est l’ennemie de l’âme» (1). Benoît enjoint donc à tous ses frères de travailler, mais, pour lui, l’attitude intérieure compte davantage que le résultat. Il voit dans le monastère «une école où l’on apprend le service du Seigneur» (2). Ainsi le moine s’applique-t-il à être au milieu de ses frères comme celui qui sert (cf. Lc 22,27). Le travail assigné à chacun doit être accompli en toute humilité, dans l’obéissance et en présence de Dieu. Benoît demande à l’abbé de veiller à ce que nul ne soit surmené.

Le travail aide le moine à coller au réel. Il lui permet de conserver un bienfaisant équilibre d’esprit et de corps, de découvrir ses aptitudes, tout comme ses défauts et ses limites. Il l’associe à l’œuvre du Créateur. Benoît invite ses frères à prendre soin de toute chose et à «regarder tous les objets et tout ce que possède le monastère comme les vases sacrés de l’autel» (3). Cela a pour conséquence, bien sûr, qu’ils soient respectueux de l’environnement et de la nature.

Le travail est aussi pour le moine un moyend’assurer sa subsistance, de subvenir aux besoins du monastère et de partager avec les moins bien nantis. En cela, il vit sa condition humaine et n’est pas dispensé de gagner son pain à la sueur de son front (cf. Gn 3,19). Les activités économiques des monastères peuvent varier. À Saint-Benoît-du-Lac, les moines assurent leur subsistance surtout grâce à une fromagerie, un verger, une cidrerie et une boutique où sont vendus les produits locaux.

Voici une réflexion d’un Père du désert, abba Poemen († 450) sur les bienfaits du travail :

Un frère interrogea abba Poemen et lui dit : «Je veux apprendre un peu des Écritures.» L’ancien lui dit : «Certes mon fils, cela te convient bien.» Et le frère lui dit : «Si j’apprends beaucoup de passages des Écritures, cela interrompt mon travail manuel.» Et abba Poemen lui dit : «Celui-ci aussi est un enseignement et une leçon. (4)»

Pour en savoir davantage sur la vie monastique à l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, consultez note site web. Vous y trouverez des informations sur les vocations et sur les stages offerts aux jeunes hommes de 18 à 35 ans. Pour plus renseignements, écrivez-nous à vocations@st-benoit-du-lac.com.

(1) Règle de saint Benoît, ch. 48,1
(2) Ibid., Prol. 45
(3) Ibid., ch. 31,10
(4) Cité dans Abba, dis-moi une parole, Solesmes, 1984, p.31.

Partager cet article

Articles connexes

Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publié. Tous les champs identifiés par un astérisque * sont obligatoires