Le silence au monastère

«Écoute, ô mon fils, les préceptes du maître, et incline l’oreille de ton cœur.» (1) C’est par cette phrase que commence la Règle de saint Benoît. Si ce dernier demande d’écouter, c’est pour mieux entendre Dieu qui parle au fond du cœur. Il n’y a pas d’écoute possible sans silence, et Dieu ne peut être entendu s’il y a trop de bruit dans l’âme. À l’Horeb, c’est dans le murmure d’une brise légère, plutôt que dans le vent puissant et le tremblement de terre, que le Seigneur passa devant Élie (cf. 1R 19,13).

Benoît sait toute l’importance du silence pour le moine. Il y consacre un chapitre entier de sa Règle et revient sur le sujet en d’autres endroits. C’est le silence qui permet au moine d’être en présence de Dieu et de demeurer en prière partout où il se trouve. C’est lui qui prépare la communauté monastique à célébrer avec recueillement son œuvre de louange et d’intercession qu’est la liturgie des Heures. C’est grâce à lui que le moine peut méditer la Parole de Dieu et y trouver sa nourriture. C’est lui enfin qui dispose le moine à accueillir l’hôte qui se présente et à voir en lui le Christ. C’est pourquoi le silence est au monastère un bien à préserver.

Mais Benoît ne condamne pas la parole : elle peut être porteuse de vie et elle a donc sa juste place au monastère. À Saint-Benoît, comme dans d’autres monastères, des promenades, des moments de détente et de conversation en commun sont prévus. Ils ont pour but de «favoriser l’esprit de famille et l’exercice de la charité fraternelle, en même temps que de procurer à chacun une détente convenable.» (2)

Voici, pour terminer, quelques mots de Bernard de Clairvaux, un moine du XIIe siècle, sur le silence :

«Celui qui désire entendre la voix de Dieu, qu’il se retire dans la solitude. Cette voix ne résonne pas sur les places… Un conseil secret exige une écoute secrète.» (3)

(1) Règle de saint Benoît, Prol. 1.
(2) Déclarations et constitutions sur la règle pour la Congrégation de Solesmes, n. 37.
(3) Cité dans le Dictionnaire des citations chrétiennes, Édition du Centurion, 1990, p. 487.

 

Pour en savoir davantage sur la vie monastique à l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, consultez note site web. Vous y trouverez des informations sur les vocations et sur les stages offerts aux jeunes hommes de 18 à 35 ans. Pour plus renseignements, écrivez-nous à vocations@st-benoit-du-lac.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *