La stabilité bénédictine

Saint Benoît demande à celui qui s’engage dans la vie monastique de promettre sa stabilité. Qu’entend-il par cela?

Benoît n’encourage pas le moine à s’installer dans une fausse tranquillité ou une fausse sécurité. D’ailleurs, dans sa Règle, il l’exhorte plutôt à se hâter et à courir dans la voie qui mène à Dieu. C’est pour lui permettre de rester fidèle au Seigneur et aux frères qui lui ont été donnés que Benoît sollicite cette promesse de celui qui s’engage. Les frères, provenant d’horizons divers et de caractères différents, ont été réunis par l’Esprit-Saint pour former une communauté, une famille, qui n’a qu’un but : chercher Dieu en suivant le Christ. En s’encourageant mutuellement, ils tentent tous ensemble de parvenir à la stabilité du cœur, à la paix en Dieu. La stabilité au sein d’une communauté et dans un même lieu leur procure le recueillement, les garde de prendre la fuite devant les difficultés et leur permet de se maintenir dans la bonne voie.

Si la stabilité est un élément essentiel de la Règle bénédictine, elle n’est cependant pas une création de Benoît. Avant lui, les Pères du désert insistaient sur la garde de la cellule et se plaisaient à dire que l’arbre souvent transplanté ne donne pas de fruit. Le moine qui vit pleinement la stabilité prend racine, porte du fruit et grandit dans l’amour de Dieu et de ses frères. Sa vie devient alors un témoignage pour ses contemporains qui éprouvent le besoin de repères dans une société qui vit une mutation rapide.

Pour terminer, voici une courte parole d’abba Moïse († 410), un Père du désert d’Égypte :

Un frère vint à Scété chez abba Moïse pour solliciter de lui une parole. Le vieillard lui dit : «Va, reste dans ta cellule, et ta cellule t’enseignera toutes choses. (1)»

Pour en savoir davantage sur la vie monastique à l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, consultez note site web. Vous y trouverez des informations sur les vocations et sur les stages offerts aux jeunes hommes de 18 à 35 ans. Pour plus renseignements, écrivez-nous à vocations@st-benoit-du-lac.com.

(1) Cité dans Abba, dis-moi une parole, Solesmes, 1984, p.22.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *