Dans le contexte d’aujourd’hui, est-ce plus difficile de répondre à l’appel du Christ et de rester fidèle?

En regardant la question, en lien avec ce que cela signifiait pour les premiers chrétiens, je considère que ce n’est pas plus difficile. Comme au début, l’appel du Christ suppose le même renoncement à soi, porter sa croix, le suivre où il veut que nous allions.

Sont différentes, les façons dont nous expérimentons ces renoncements et la manière de nous mettre à sa suite mais, la difficulté n’est pas plus grande. L’être humain a les mêmes besoins fondamentaux et la même inquiétude existentielle. Qui suis-je? D’où je viens? Où je vais?

Répondre à l’appel, c’est aller à contre-courant de ce que nous offre la consommation, le pouvoir, les richesses et le plaisir désordonné.

D’autre part, la difficulté est plus grande dans la recherche de la vocation/ l’écoute de l’appel. Sans cela, il n’y a ni réponse, ni fidélité. Après tout, c’est difficile mais à la fois possible et source de plénitude.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *